Splendide nature Kirghize

Publié le par Johanna

La frontière Kirghize a été la plus simple à passer jusqu’à présent. On scanne notre camion côté Ouzbèke, le fouille bien, ne nous demande absolument pas nos fiches d’enregistrement d’hôtels, nous fait passer devant tout le monde dans les files au prétexte que nous sommes des étrangers. On change nos derniers soums en soms entre les deux frontières au taux officiel. Pas de visa pour le Kirghizstan, pas de fouille du camion, seule une taxe d’environnement de 30 euros (à payer en soms) à l’entrée et nous étions prévenus. Pas d’assurance (le système n’existe pas dans le pays), nous faisons le plein à la pompe qui se trouve à la frontière, un peu moins cher qu’en Ouzbékistan. En 2h30 au total nous étions déjà à Osh, 2ème plus grande ville du pays, à la recherche d’une nouvelle carte sim et d’un DAB pour tirer de l’argent local, nous en avons bien sûr profité pour sillonner le bazar…

 

 

Les berceaux traditionnels en bois ont un trou dans lequel on met le petit pot et on fixe le morceau de bois entre les jambes du bébé pour guider ce qui sort...
Les berceaux traditionnels en bois ont un trou dans lequel on met le petit pot et on fixe le morceau de bois entre les jambes du bébé pour guider ce qui sort...
Les berceaux traditionnels en bois ont un trou dans lequel on met le petit pot et on fixe le morceau de bois entre les jambes du bébé pour guider ce qui sort...

Les berceaux traditionnels en bois ont un trou dans lequel on met le petit pot et on fixe le morceau de bois entre les jambes du bébé pour guider ce qui sort...

A peine sortis de la ville pour rejoindre Bichkek, la capitale, le paysage est immédiatement différent de ce que nous avons vu dans tout l’Ouzbékistan : vastes courbes dorées et vertes, route en très bon état, très peu d’habitations, les hommes portent un haut chapeau traditionnel en feutre blanc brodé… et des cavaliers partout. Première halte à Jalal Abad où nous cherchons activement à faire ressouder notre compresseur avant de passer les 2 cols à 3000m puis 3500m qui nous attendent sur la route. Nous trouvons un petit garagiste qui fait la soudure en 1h et qui refuse encore de nous faire payer !

 

 

Splendide nature Kirghize
Splendide nature Kirghize
Splendide nature Kirghize

Nous sommes un peu pressés depuis Tachkent, avons enfilé rapidement la vallée de Fergana en 2j et avons zappé un tour dans le sud de Osh ainsi que la forêt de noyer de Arslanbob qui promettent de très belles vues car nous attendons notre 1ère visite : Nolwenn, une amie, et nous voulons être sûrs de la cueillir à temps à l’aéroport de Bichkek. Nous profitons tout de même d'un bivouac enfin au frais aux abords du lac de Toktogoul.

Ouf: sorti les pulls!
Ouf: sorti les pulls!
Ouf: sorti les pulls!
Ouf: sorti les pulls!
Ouf: sorti les pulls!

Ouf: sorti les pulls!

Sur cette route suit une très belle vallée qui nous offre un paysage particulièrement pittoresque : yourtes, chevaux avec leurs poulains, vertes prairies au milieu des cours d’eau, c’est beau et paisible à tel point que nous prenons une photo à la minute !

 

 

Splendide nature Kirghize
Splendide nature Kirghize
Splendide nature Kirghize
Splendide nature Kirghize
Splendide nature Kirghize

Nous passons avec succès les fameux cols et arrivons à l’aéroport pile à temps : au milieu de la nuit nous prenons Nolwenn qui comme le père noël est arrivée chargée d’une hotte de vivres ! Nous allons vivre pour la 1ère fois à 7 dans notre 8m2 pour une dizaine de jours !

 

 

Splendide nature Kirghize
Splendide nature Kirghize
Splendide nature Kirghize

Nous tentons une visite de Bichkek mais sommes vite découragés par un policier qui nous arrête et nous colle une amende (12 euros) au prétexte que les camions seraient interdits en ville (annoncé par aucun panneau bien sûr). Il essaie de rabaisser le prix de l’amende pour se mettre le butin dans la poche mais Nicolas résiste, l’oblige à l’accompagner au bureau de poste pour payer une prune officielle et lui faire perdre ainsi 1h30 de temps à racketter les autres. 2ème « amende » en 2j, la précédente en sortant de Osh, le policier affirmant que l’on roulait à 56km/h au lieu de 50km/h… idem proposant un rabais à se mettre dans la poche. Nous voilà mis au pas, les policiers sont particulièrement zélés et postés partout avec des radars bien cachés qui leur permettent de doubler leurs revenus. Nous aurons passé tout le reste du temps à rouler à 40km/h en ville, souvent même à 20km/h aux abords des écoles (même en période de vacances scolaires) et 60km/h sur l’autoroute... Nous nous trainions encore moins vite sur les nombreuses pistes à tel point que notre moyenne totale pour le Kirghizstan est de 36km/h… ça laisse le temps de profiter du paysage !

 

 

Splendide nature Kirghize
Splendide nature Kirghize
Splendide nature Kirghize
Splendide nature Kirghize
Splendide nature Kirghize
Splendide nature Kirghize

Nous visons assez rapidement les berges du lac Song-Kol, un des plus beaux lacs au monde et le plus exploré du pays car c’est un lac d’altitude à 3000m entouré de cimes enneigées… Et surtout nous avons « rendez-vous » avec Marie et Stijn ! Ils reviennent de la Pamir Tadjik et pausent au lac avant de rentrer en Suisse par Bichkek, dernière opportunité de se croiser ! Consigne par Watssap : « Prenez la route blanche au nord du lac sur maps.me en venant de Bichkek jusqu’au spot indiqué sur iOverlander qui s’appelle Son Kol Lake Beach et si vous ne nous voyez pas arriver faites demi-tour pour nous chercher c’est qu’on aura été coincé quelque part… ». Après avoir suivi scrupuleusement nos consignes, passé nos 3 premiers gués, roulé sur des pistes quelques heures, été rassurés par un groupe de cyclistes russes : « Your freinds in lake, they look for you Belgian family », puis un allemand « We saw a couple looking for you, they passed 30 minutes ago »… nous nous retrouvons nez à nez avec nos amis qui avaient fini par faire demi-tour !!! Spot idyllique au milieu des chevaux, près du lac, barbecue au magret et saucisson ramené par mère Noël. Seule difficulté : trouver du bois où il n’y a pas un arbre à la ronde. Marie a visité les quelques yourtes alentours dans l’idée d’en acheter et est revenue avec quelques piquets à brûler et un tout autre combustible : quelques galettes de bouses séchées bien tassées. Nous nous sommes occupés là deux jours sans trop de mal à marcher un peu, monter à cheval, tirer des épaves locales de la boue, regarder le paysage, discuter avec les quelques touristes (dont une prof de GRS de Albe qui habite notre quartier… ce monde est décidemment trop petit !), se baigner dans l’eau estimée à 19°C, goûter au koumi que l’on trouve partout (lait de jument fermenté), ceuillir des edelweiss...

 

 

Entrée dans la cellule après quelques heures de piste...
Entrée dans la cellule après quelques heures de piste...
Entrée dans la cellule après quelques heures de piste...
Entrée dans la cellule après quelques heures de piste...
Entrée dans la cellule après quelques heures de piste...
Entrée dans la cellule après quelques heures de piste...
Entrée dans la cellule après quelques heures de piste...
Entrée dans la cellule après quelques heures de piste...
Entrée dans la cellule après quelques heures de piste...
Entrée dans la cellule après quelques heures de piste...
Entrée dans la cellule après quelques heures de piste...
Entrée dans la cellule après quelques heures de piste...
Entrée dans la cellule après quelques heures de piste...
Entrée dans la cellule après quelques heures de piste...
Entrée dans la cellule après quelques heures de piste...
Entrée dans la cellule après quelques heures de piste...
Entrée dans la cellule après quelques heures de piste...
Entrée dans la cellule après quelques heures de piste...
Entrée dans la cellule après quelques heures de piste...
Entrée dans la cellule après quelques heures de piste...

Entrée dans la cellule après quelques heures de piste...

Nous nous sommes remis en piste direction Issyk-Köl, le plus grand lac du pays, et avons commencé par une baignade sur une plage de sable avant de trotter au milieu des falaises colorées qui le bordent. Nous avons continué à nous enfoncer dans les différentes vallées dont une qui nous transporte encore dans un autre décor : sapins, cascade, yourtes et chevaux toujours…

 

 

Splendide nature Kirghize
Splendide nature Kirghize
Splendide nature Kirghize
Splendide nature Kirghize
Splendide nature Kirghize
Splendide nature Kirghize
Splendide nature Kirghize
Splendide nature Kirghize

Cherchant une fabrique de yourte nous tombons sur Horna qui nous indique le chemin… en anglais ! Elle propose de nous accompagner pour traduire la visite expliquée par Meken, le patron, et nous apprend que cette semaine la fabrique est fermée pour cause de récolte d’abricots. C’est la saison et toute la région s’est mise à cueillir de quoi remplir des centaines de cageots qui s’entassent dans d’énormes camions garés dans chaque hameau. L’après-midi nous l’avons accompagné auprès de ses arbres.

 

 

Splendide nature Kirghize
Splendide nature Kirghize
Splendide nature Kirghize
Splendide nature Kirghize

Nous nous arrêtons encore dans l’endroit le plus photographié du pays et déambulons, hallucinés, dans une gorge formée de falaises géantes !

 

 

Splendide nature Kirghize
Splendide nature Kirghize
Splendide nature Kirghize
Splendide nature Kirghize
Splendide nature Kirghize

Seule halte citadine à Karakol pour une petite visite du zoo qui comprend quelques exemples de faune locale (loups, ours, lynx, chevaux de Prjevalski découverts dans le pays), du musée régional avec une salle consacrée à l’exploratrice Suisse Ella Maillart, d’une belle église orthodoxe, et d’une mosquée originale en forme de pagode.

 

 

Splendide nature Kirghize
Splendide nature Kirghize
Splendide nature Kirghize
Splendide nature Kirghize
Splendide nature Kirghize
Splendide nature Kirghize

Dernier bivouac dans ce pays sur la route (piste à vrai dire) de la minuscule frontière avec le Kazakhstan qui n’ouvre que l’été, nous nous arrêtons près d’une famille de bergers et demandons si nous pouvons dormir tout à côté sur un terrain plat. Ravis ils nous invitent immédiatement à boire un thé et le lendemain leur fils de 10ans aura patiemment proposé à tous nos enfants de les promener sur sa propre jument. Nous attrapons en route 2 auto-stoppeurs tchèques qui cherchent aussi à rejoindre le Kazakhstan… et nous voilà à 9 dans la cabine en vue du poste frontière !

 

 

Splendide nature Kirghize
Splendide nature Kirghize

Autant en Ouzbékistan les villes représentent les attraits majeurs et les paysages n’ont pas grand intérêt (nous aurons fait très peu de bivouac nature dans ce pays) ; autant au Kirghizstan nous en aurons pris plein les yeux avec cette si belle nature, et n’aurons jamais dormi dans les villes qui n’ont rien d’impressionnant. Le Kirghizstan ne figurait pas sur notre trajet initial mais nous avons suivi avec plaisir les conseils des familles qui nous ont précédé, le coinçant dans notre planning. Un peu serrés au niveau du temps il nous aura manqué quelques jours pour faire davantage de randonnées (parmi les plus belles de toute l’Asie centrale), d’autant plus que nous avons toujours notre invitée avec nous et que nous avons rendez-vous dans quelques jours avec son avion à Almaty au Kazakhstan.

Publié dans Kirghistan

Commenter cet article

François 31/07/2017 17:35

J'en prends plein les yeux.
Tout plein de bonnes choses pour la suite. Hâte de vous lire.
Bises à toute la famille

Emma 30/07/2017 13:22

Wouaw, super impressionnant ces paysages. Maintenant vous me donnez envie de me remettre à l'équitation pour aller en rando là-bas... Gros bisous à vous tous =)

Diane 28/07/2017 10:40

waouw, canon le Kyrgystan!! si vous êtes en manque de lecture, c'est le moment de télécharger "les cavaliers" de Joseph Kessel qui se passe en Afghanistan et au Kyrgystan (ambiance yourtes et chevaux. Lire votre blog, c'est comme une top série, où l'on va d'aventures en aventures, un peu comme si on était avec vous.... et je dis ça les fesses dans mon confortable canapé! ça à l'air vraiment top votre voyage, que de beaux paysages, de chouettes et improbables rencontres. Comment les enfants réagissent à toute cette diversité? gros bisous à tous et j'attend la suite avec impatience!

Johanna Maccioni 30/07/2017 13:31

Ça y est telechargé! Merci!!!

Gilly 26/07/2017 19:43

It looks like you had a great time in Kyrgyzstan and the rest of Uzbekistan. It was so lovely to meet you all last month. We are speeding ahead and are already in Turkey! We hope you got all your visas sorted. Best wishes and good speed for the rest of your trip. gilly, Steve, Alisha and Lucyxxx

Hervouet sylvie 25/07/2017 22:57

Quel joie de vous voir si heureux...et de partager avec nous ces magnifiques paysages ...nous vous embrassons tres fort.

Sarah 25/07/2017 14:43

Quelles belles photos! Ca à l'air magnifique, votre voyage! Profitez bien de toutes ces belles choses et de ces chouettes rencontres. Content aussi de vous voir tous en bonne forme. Ici les camps scout se terminent en fin de semaine, encore 10 jours et on part en Autriche avec des escales en Italie et Slovénie. Kiss de nous tous, sarah x

Raquel 25/07/2017 13:52

Oh, quelles belles photos!
Mais il faut froid ou chaud?
J'espère que pas de changement et que Laos continue au programme.
Je vous attends!

Johanna Maccioni 25/07/2017 13:58

Absolument! Mi novembre on arrive!