Un Noël à Tokyo

Publié le par Johanna

Un Noël à Tokyo

Déjà sur nos gardes pour le parking à Kyoto nous voilà carrément armés (d’informations) pour le parking à Tokyo ! Après 33.000 km parcourus l’avantage est que l’on connait mieux la manière d’interpréter la carte d’une ville. Nous avons passé quelques heures à parcourir celle de Tokyo à la recherche des parkings qui, à vue de carte donc, pourraient bien nous convenir. Pas trop petits, pas visiblement rattachés à des bureaux privés, pas trop loin d’une station de métro etc. On en retient quelques-uns et on se dirige vers notre premier choix selon tous ces petits critères. Bien inspirés, nous voilà par hasard dans la zone du terminal des camions ! Les chauffeurs de poids-lourds déchargent leurs marchandises et doivent bien, ensuite, dormir quelque part avant de reprendre la route. Ils se mettent donc le long du trottoir, où c’est officiellement interdit, et y passent une nuit ou deux avant de repartir. Dans ce Japon où tout est construit et où Tokyo peut paraitre « ingarable » pour notre mastodonte, nous avons donc trouvé le quartier où nous loger sans difficulté : dans une colonne de camionneurs, gratuitement et à 5 minutes d’une station de métro.

Un Noël à Tokyo

Pour se rendre au centre nous avons pris le monorail tous les jours… l’activité s’est avérée aussi amusante qu’un tour au parc d’attraction à chaque fois… On passe entre les gratte-ciels, sur de l’eau, au-dessus d’une route, en-dessous d’une autre, puis sur une gare, etc. Elle permet aussi de se rendre compte des différentes ambiances dans la ville : ici des canaux comme à Venise, là des parties plus vertes avec des maisons, ailleurs encore un quartier de buildings…

Un Noël à Tokyo

Nous sommes restés 10 jours à sillonner les différents quartiers : Shibuya pour son carrefour avec passage pour piétons en diagonale, Harajuku pour sa rue Takeshita adorée des cosplayeurs et la tombe de l’empereur Meiji, Shinjuku ou Akihabara le quartier de l’électronique tellement éclairés qu’on a l’impression que c’est le jour en pleine nuit, Ueno pour ses musées, Asakusa pour ses maisons tranquilles et le temple immense de Senso-ji, le centre Chiyoda pour apercevoir le palais impérial et flâner dans son parc impeccable, ou encore Ginza pour ses boutiques chic et le théâtre de Kabuki.

Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo

Autant vous dire que le théâtre Kabuki n’est pas ce que les enfants ont préféré… nous avions pris un billet pour touristes donnant accès à un seul acte (de 1h30) sur les quatre… il faut se tenir droit (interdit de se pencher en avant), en silence bien sûr, pendant tout ce temps. Il n’y a pas de traduction en anglais, des scènes entières sont dévolues à deux protagonistes qui partent dans un dialogue interminable en étant agenouillés sur des tatamis sans bouger… Notre dernière a fini allongée sous les fauteuils à piquer un petit roupillon, et les autres ont été salués pour leur héroïsme en matière de patience.

Un Noël à Tokyo

Nous nous sommes rendus au plus grand marché au poisson du monde, non loin des tours des « salarymen », pour y gouter des sushis bien frais et des anguilles fumées. Nous aurions tant aimé voir un tournoi de sumo mais il n’avait lieu que fin janvier à Tokyo, assister à un entrainement était très cher et le tout est de toute façon interdit aux enfants de moins de 12 ans ! Le musée du sumo, avec sa pièce unique, s’est avéré également assez décevant...

Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo

Nous avons été frappés et amusés par les magasins pour chiens avec desserts spéciaux pour Noël, tenues pour tous les jours, et de fête ! Ces bêtes vivent dans des immeubles « animal-proof » ! Ils ont des pataugeoires dans lesquelles on leur rince les pattes à l’entrée, un espace pour courir sur le toit, des murs traités anti griffes et tout cela est construit avec des matériaux qui absorbent les odeurs… Ils ont des restaurants, des parcs d’attraction… et bien sûr, comme tout le monde au Japon, leurs cartes de visite !

Un Noël à Tokyo

C’est en flânant dans un des quartiers qu’un jeune homme nous accoste et nous prie de venir assister à l’inauguration d’un hôtel chic. On le suit… à raison ! Nous étions presque les seuls invités et l’équipe avait prévu : massage des mains, coiffeur, jeux pour les enfants, etc. ! C’est là que nous avons rencontré Satomi, la première personne japonaise avec qui nous avons réellement pu discuter car elle possède un anglais parfait, ce qui est rarissime. A peine nous nous étions quittés qu’elle nous envoyait déjà de nombreuses propositions d’activités pour la suite ! Elle nous a inscrit à un workshop de Koto où nous avons appris à jouer Sakura aidés d’une dame habillée en kimono pour chacun ! Elle nous a aussi promené dans son quartier préféré : Ginza, dénichant toutes les expositions d’art contemporain offertes par les grandes marques de couture. Nous avons gardé un contact tout du long de notre périple au Japon et voulons encore la remercier pour ses précieux conseils !

Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo

Voilà longtemps que nous n’avions pas décrit les toilettes… alors comme attendu elles sont évidemment impeccables, siège chauffant partout, petits-jets tièdes, bruitage de cascade qui se déclenche instantanément… la nouveauté est qu’à Tokyo elles comprennent aussi des vestiaires aussi chics que dans des magasins de luxe ! Ces dames prennent le métro habillées normalement, puis elles se changent et se maquillent dans n’importe quelles toilettes publiques avant de se rendre à leurs soirées !

 

Avant même d’arriver à Tokyo nous étions en contact avec Catherine, une amie de Guy qui nous avait mis en lien depuis Oulan Bator ! Nous avons été très heureux de la rencontrer, surtout que nous n’avions parlé français avec personne depuis plus d’un mois ! Elle nous a tous invités dans un restaurant assez rigolo, où l’on choisit les ingrédients qui cuisent sur une plaque devant nous !

Un Noël à Tokyo

Pour se laver avant Noël et joindre l’utile à l’agréable nous avons cette fois opté pour une virée à la piscine municipale qui se trouvait être à deux pas de notre terminal de camionneurs. Quatre sauveteurs en permanence, une voie pour ceux qui marchent avec interdiction de se dépasser, tout le monde doit régulièrement sortir de l’eau et se geler sur le bord pendant dix minutes le temps qu’elle soit filtrée, on ne crie pas, on ne joue pas dans la grande partie bien sûr…  il ne manquait plus que les sifflets (pas du tout dans les mœurs japonais qui disent non avec le sourire et en s’excusant) pour nous rappeler une expérience suisse assez similaire ! Pour la douche c’était un peu raté : pas le droit d’utiliser de savon en se rinçant avant de sortir…

 

Au milieu de nos visites nous avons aussi dû consacrer un peu de temps à la préparation de Noël. Nous avons fait une virée chez Toys‘R us où nous avons trouvé un sapin en plastique de un mètre à dix euros (magnifiquement décoré avec ce qui était fourni dans la boite et des grues en origami)! Nous avons fait du repérage puis installé les enfants au Mc Do le temps d’aller acheter les cadeaux. Ressortis avec pas mal de paquets… dont un particulièrement volumineux, il a été difficile de ne pas fournir une lettre d’explication du Père Noël. Celui-ci a laissé une missive expliquant que cette année, tout à fait exceptionnellement, il avait mandaté les parents pour l’aider dans sa tâche. Restait à transbahuter un vélo encartonné dans l’immense centre commercial d’abord, puis dans les rues, les métros, le monorail, et encore la rue pour rejoindre notre camion ! Nous regrettons de ne pas avoir fait appel au service de livraison si peu cher et bien desservi dans la capitale !

Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo

Le soir de Noël nous avons déniché une messe de minuit pour se rapprocher des francophones et marquer un peu le coup, sans se retrouver tous seuls comme d’habitude dans notre camion. Nous avons fini la soirée dans une pizzeria, qui a reçu, de loin, le vote le plus conséquent. Pour le 25 décembre nous avions fait nos emplettes la veille à la boutique de Joël Robuchon alors que nous passions devant par hasard ! Nous avons passé la journée à ouvrir les cadeaux (dont la collection des Doraemon, manga à succès parmi la jeunesse locale) - chacun jouant avec ses nouvelles acquisitions, à se reposer, à ne rien faire, à regarder un film… bref un Noël parfait dans nos douze mètres carrés !

Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo

Noël au Japon c’est un peu comme Thanksgiving chez nous, les gens ne savent pas trop ce qu’ils fêtent, les espaces publiques sont magnifiquement décorés, certains mettent des sapins chez eux parce qu’ils trouvent ça joli, il n’y a pas de lien avec des aspects religieux, on ne s’offre pas de cadeaux, les musiques de Noël américaines tournent en boucle partout, et surtout : le must est de diner au KFC !

Sur le fil avant de quitter Tokyo nous rencontrons Etienne Barral, un ami d’ami qui y habite depuis des décennies. Il nous a emmené au très beau musée des samouraïs où nous avons assisté à une démonstration de techniques samouraïs et ninjas. Il nous a expliqué plein de choses sur le Japon et nous a offert un de ses livres de chroniques amusantes, bien écrites et faciles à lire sur cet archipel: "La dernière goutte de saké".

Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo
Un Noël à Tokyo

Tokyo, 33 millions d’habitants, sept fois la taille de Paris, nous laisse une impression de ville paisible, très bien aménagée, propre et sûre, les transports sont pratiques. Nous n’avons pas testé le métro avec les pousseurs à 7h du matin, mais hormis ce rush, et sans y travailler, nous l’imaginons bien agréable à vivre.

Publié dans Japon

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Régine 09/02/2018 17:16

C'est toujours aussi passionnant.
Merci pour vos précieuses infos sur l'état des routes.
Régine

Lucic Vivian 04/02/2018 14:59

Merci pour ce long et passionnant reportage! Bonne continuation et beaucoup de bonheur tout au long du voyage. Vivian Lucic

Hemond Guy 03/02/2018 15:06

Je dévore chaque publication...Merci encore pour ces instants de rêve et ce bouquet de bonheur envoyés à chaque reportage. Très belles photos mais j'adore la qualité des commentaires. (Nous nous sommes rencontrés en Ouzbékistan.)

jean marc 03/02/2018 15:01

Magnifique! fantastique Noël dont les enfants se souviendront longtemps. je n'aurai pas cru que l'on puisse traverser un camion pour aller au Japon. La vie est elle chère là bas?
Qu'en est il des questions pratiques : approvisionnement en eau, vidange des eaux sales, lavage du linge dans le quartier des camionneurs. C'est vraiment super d'être allés dans un pays si dépaysant.

Johanna Maccioni 09/02/2018 09:43

Et oui... on peut arriver au Japon avec son propre véhicule... Ce qui est très cher c'est surtout le logement et les transports, soit exactement ce que l'on ne paie pas. Pour le reste les prix sont comparables à ceux que l'on trouve en France... ce n'est donc pas bon marché. Pour l'eau on trouve des fontaines d'eau potable partout dans les parcs, nous y avons rempli nos bidons petit a petit. Pour les vidanges il y a des égouts partout et des toilettes publiques très faciles d'accès avec de gros parking devant... donc ce n'était pas trop difficile. Et pour laver le linge il y a des lavomatic dans tout le pays! Questions pratique le Japon est donc un pays assez facile pour voyager de cette manière. Il y a d'ailleurs beaucoup de camping-car et on peut en louer facilement!

Grant 03/02/2018 14:57

Your descriptions are giving me ideas of places that I would like to go. If you decide to continue your voyage to Canada we have plenty of space for you to park your truck!

tante Monique 03/02/2018 14:13

Bonne année 2018
Vous êtes attendus en Australie par Béatrice HU
jE VOUS EMBRASSE
Tante Monique