Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !

Publié le par Johanna

Téhéran : polluée et embouteillée… voilà ce que nous annonce le guide… nous confirmons ! Option mise sur un bivouac dans le sud de la ville qui permet d’éviter de rentrer dedans : le mausolée de l’Ayatollah Khomeiny ! L’endroit gigantesque attire nombre de pèlerins et autres mollahs qui viennent y camper pour quelques jours. Nous avons même eu la chance d’en rencontrer qui se sont amusés à visiter notre camion et qui nous ont offert leur petit collier de prière… Nous avons également trouvé un couple d’Allemands qui font le même trajet que nous au départ de Munich : Frederik et Charlotte, de jeunes mariés. Nous avons donc effectué notre 1ère activité en commun : se lever à 7h du matin pour partir à 7h30, prendre le métro bondé pendant 1h30 (en faisant les devoirs bien sûr), puis le taxi (à six dans le même) pendant 20 minutes… pour atteindre le graal : l’ambassade du Turkménistan (ouverture de 9h à 11h) ! C’est à ce moment précis que nous nous sommes rendus compte que nous étions partis avec les mauvais passeports (faute à moi la mère) … l’annonce du report du même programme au lendemain fût évidemment accueillie dans un grand moment de joie familiale… Bon, au moins avions nous une bonne nouvelle : nos visas étaient acceptés !!!!

 

 

 

Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !
Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !

Trois souvenirs nous resterons de Téhéran : le musée des bijoux des Shahs (c’est quand même très impressionnant… et très bien gardé dans le sous-sol coffre-fort d’une banque - pas de photos évidemment), les glaces à la pistache du « meilleur glacier de la ville », et Saïd : un professeur d’anglais futé qui passe ses journées dans le Golestan Palace à apprendre toutes les langues (gratuitement) avec son petit carnet auprès des touristes. Les enfants lui ont fait cours de français pendant une heure en échange de quoi ils ont appris à compter en Farsi pendant que les parents se reposaient…enfin !

 

 

Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !
Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !
Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !

Repartis pour la ville de Kashan où nous sommes arrivés vers 22h, nous visions un bivouac au nord près d’une piscine municipale. On se gare, pique-nique dans un parc bondé, la famille d’à côté nous offre un plat… la soirée s’est terminée chez eux après qu’ils nous aient proposé de venir dormir, prendre une bonne douche, et faire tourner une machine ! Il faut ici que l’on explique ce qu’est le Ta’arof : une règle de politesse qui veut que l’on refuse deux fois quelque chose avant de l’accepter. Donc : on se rend par exemple à la pâtisserie et on veut acheter une boite de biscuits, on demande combien ça coûte, le marchand répond « c’est gratuit, c’est un cadeau ». Il faut insister une première fois, il dira encore « c’est gratuit ». On insiste encore et il annonce enfin son prix (en Tomans alors qu’on paie en Rials - soit 10 fois plus que ce qu’il dit- faut suivre…), s’attendant bien sûr depuis le départ à être payé. La logique veut que n’importe qui puisse faire une proposition d’invitation ou de cadeau sans en avoir vraiment les moyens… il suffit alors d’arrêter de proposer au bout de la 2ème fois. Bref, nous avons accepté l’invitation après avoir bien vérifié, trois fois, que c’en était une. Chez Mansour, Farzaneh et leurs trois enfants nous sommes finalement restés pour 2 nuits… thé à la cardamome au petit déjeuner, et Mina, un oiseau qui répète plus de 1000 mots ont fait le bonheur des enfants !

 

Kashan est une ville pleine de charme, on y sent le proche désert (cuisant de chaleur, surtout avec le voile) avec ses maisons en torchis ocre. Le bazar est particulièrement agréable et les anciennes demeures des grands commerçants de la ville sont richement décorées et très bien conservées. Sa spécialité est la production d’eau de rose... à boire frais c’est un délice !

 

 

Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !
Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !
Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !
Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !

En quelques heures de route nous parvenons à Ispahan, ville mythique que nous avions tant hâte de découvrir ! S’y trouve la 2ème plus grande place du monde construite par un des Shah et qui compte à ses côtés une splendide mosquée bleue, une autre jaune pour les femmes du harem, le palais du roi et sa salle de musique à caissons creux pour amplifier l’acoustique, ainsi que l’entrée à fresques du Bazar (où nous avons fait réparer notre cheminée qui avait pris quelques coups...)! Le palais de Chehel Sotun servait aux réceptions, et les ponts de la ville font également partie des attraits principaux. On s’est aussi amusés à visiter le musée des sciences naturelles local espérant y découvrir la faune du pays mais nous avons surtout trouvé une collection de bizarreries et autres monstres de la nature… C’est à Ispahan que nous avons connu les résultats de l’élection présidentielle : l’actuel président, relativement modéré, a été réélu à la grande joie des Iraniens (qui n'avaient le choix qu’entre deux candidats imposés par le grand leader religieux), ce qui leur a surtout donné l’occasion de fêter publiquement cette réjouissance toute la nuit, les manifestations publiques et soirées dansantes étant habituellement interdits !

 

 

Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !
Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !
Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !
Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !
Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !
Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !
Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !
Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !
Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !
Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !
Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !

Dernière étape avant Persépolis dans un tout petit village dont le nom n’est même pas traduit dans Maps.ME : nous nous sommes jurés de ne jamais conduire la nuit… or elle tombait… Moteur encore tournant une famille s’est à nouveau jetée sur nous pour nous inviter… assez fatigués nous avions dans l’idée de refuser mais cette fois, vraiment impossible après maintes tentatives. Les voisins se sont aussi joints à l’affaire… et après une collation omelette au curry, oignon cru, pastèque, thé nous avons tous fini la soirée à mettre des pansements dans des petites boites, puis dans des boites plus grandes jusqu’à passé minuit ! Le travail des femmes du quartier, qui ainsi n’ont même pas besoin de quitter la maison pour rapporter quelques piécettes supplémentaires au ménage.

 

 

 

Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !
Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !

Persépolis, construite 500ans avant JC a beaucoup impressionné les enfants. Les bas-reliefs sont encore extrêmement bien conservés et permettent de s’imaginer comme on s’habillait, se nourrissait, fêtait, fabriquait à cette époque. Les reconstitutions rendent très bien compte des couleurs, tailles et techniques utilisées. C’est Alexandre le Grand qui a finalement brûlé la ville et emporté le trésor qui s’y trouvait sur 3.000 chameaux ! Les tombes des rois alentours ont presque donné l’impression aux enfants d’être Indiana Jones…

Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !
Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !
Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !
Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !

Finalement Shiraz, où l’on ne fabrique évidemment plus de vin (il semblerait que les ceps aient été exportés du temps des croisades), est une assez grande ville très embouteillée qui a aussi beaucoup de charme : bazar toujours, caravansérails très bien restaurés, palais aux plafonds peints à l’européenne, mosquées aux carreaux fleuris de rose et surtout… les tombes des poètes Hafez (Le Divan) et Saadi (Les Roses). Phrase entendue souvent ici : « Tous les foyers possèdent un coran et un recueil d’Hafez… et généralement d’ailleurs, c’est dans l’autre sens » ! Nous avons donc, comme les iraniens, commencé par nous procurer un recueil d’Hafez… Ces tombes sont des lieux de pèlerinage extrêmement prisés par les iraniens qui y viennent en nombre réciter les strophes que tous connaissent en posant une main sur le mausolée de marbre blanc gravé de vers en Farsi.

 

 

Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !
Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !
Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !
Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !Téhéran à Shiraz : grandes villes mythiques !

Ces villes sont les plus touristiques d’Iran et nous ont permis de rencontrer régulièrement des groupes de français… élargissant d’emblée le cercle des locuteurs habituels… ! Nous sommes restés deux nuits dans chacune d’entre-elles ralentissant le rythme pris jusqu’alors. Elles ont aussi l’avantage de rendre l’intendance plus facile : on trouve de l’eau potable partout (nous continuons quand même à filtrer l’eau à boire, ou l’achetons en bouteille pour l’avoir bien fraiche) : machines et douches à gogo ! Nos panneaux solaires nous suffisent largement… Le frigo ne nous sert pas tant que ça, nous optimisons la gestion « sans restes » et mangeons très souvent à l’extérieur pour 20 euros à six. Les repas ne sont pas très variés, il existe quelques spécialités que l’on retrouve partout (kebab, dizi) et de temps en temps de la vraie cuisine iranienne avec des plats qui sortent de l’ordinaire (poulet à la grenade, feuilles de vignes au boulgour et épices). Pour les vitamines nous sommes au régime tomates, concombres, aubergines, oignons, fruits de saison… les boites de petits pois, maïs, pois chiches et thon nous ont aussi déjà bien dépanné ! Beaucoup de graines et fruits sec au menu également. Deuil lorsque nous avons fini avec solennité notre dernier morceau de chocolat belge à Ispahan, saucissons et autres confitures offerts au départ ayant déjà tous disparus depuis plus longtemps…

 

Après un rapide calcul temps restant avant l’entrée au Turkménistan et kilomètres nous pensons avoir l’occasion de faire un crochet par le sud de l’Iran et prenons donc la route du Golfe Persique avant de remonter par l’est.

Publié dans Iran

Commenter cet article