Cappadoce et Est de la Turquie

Publié le par Johanna

Cappadoce et Est de la Turquie

Avant de poursuivre le récit de nos aventures nous tenons à remercier tous ceux qui nous laissent des commentaires ou envoient des messages, c’est à chaque fois une fête en famille de les découvrir, même si nous ne répondons pas personnellement à chacun d’entre vous !

Laissant la capitale turque derrière nous, c’est la Cappadoce qui nous a happés pendant 5 jours tant il y a de trésors qui s’y trouvent : il s’agit d’une entière région constituée de roche poreuse (tuf et pierre ponce) dans laquelle les anciennes civilisations de la région et les Templiers ont creusé des monastères, églises à fresques, habitations, etc. Où que l’on regarde on aperçoit de ces constructions troglodytes, parfois perchées à des dizaines de mètres du sol !

 

Cappadoce et Est de la Turquie
Cappadoce et Est de la TurquieCappadoce et Est de la Turquie
Cappadoce et Est de la TurquieCappadoce et Est de la Turquie
Cappadoce et Est de la TurquieCappadoce et Est de la Turquie

Il y a quelques millénaires la région était inondée et l’eau a creusé cette roche formant les fameuses « cheminées de fées » qui parsèment les nombreuses vallées aujourd’hui prénommées : « Vallée des pigeons » (dans laquelle on trouve d’innombrables pigeonniers, dont la fiente était récoltée et vendue), « Vallée Rose », « Vallée Rouge », « Vallée de l’Amour » (avec des cheminées particulièrement métaphoriques de la chose), etc. Chaussés de leurs bottines les enfants ont joué aux explorateurs à la découverte de fresques cachées dans les églises dénichées au détour de l’un ou l’autre chemin dans ces vallées.

 

Cappadoce et Est de la TurquieCappadoce et Est de la Turquie
Cappadoce et Est de la TurquieCappadoce et Est de la Turquie
Cappadoce et Est de la TurquieCappadoce et Est de la Turquie

Nous avons commencé par la Nord où se trouve le premier monastère fondé par les derviches tourneurs, soufistes et fondamentalement non violents, ils ont été à une époque considérés comme une secte par Atatürk et sont maintenant très peu nombreux. Cherchant à assister à une de leur célèbres prières (où ils tournent une main vers le ciel et l’autre vers la terre) dans un des plus beaux caravansérails de la région nous nous sommes cassés le nez : trop peu de touristes… le « spectacle » n’est plus organisé depuis 2ans déjà…

 

Cappadoce et Est de la Turquie
Cappadoce et Est de la Turquie

Puis nous avons roulé plein sud pour trouver un autre trésor dont la région est truffée : une immense cité souterraine, creusée sur 8 étages et dans laquelle vivait jusqu’à 10.000 personnes ! Très impressionnant. Il y avait de quoi loger et nourrir les bêtes, cuisiner, évacuer les ordures, et des cheminées d’aération très efficaces en cas d’essai d’attaque par asphyxie…

 

Cappadoce et Est de la Turquie

C’est à cet endroit que nous avons bivouaqué dans des champs un peu sur les hauteurs… les fermiers voisins se sont précipités pour nous inviter à boire le thé. Ils en ont offert aux enfants aussi qui en ont gouté pour la 1ère fois ! Avec un mélange combiné de langage des signes, cartes, dessins sur le sol et Google traduction nous avons pu converser autour de notre voyage mais aussi sur les bienfaits de vivre à la campagne plutôt qu’à la ville, sur leur culture des pommes de terre et des haricots, sur le fait qu’il faut aller très loin pour traire les vaches et cuire le pain, de politique un peu aussi… toujours aussi remontés contre l’état actuel. Nous sommes repartis avec des kilos de pommes de terre et du pain maison ! Au départ le lendemain nous avons tendu l’oreille qui soupçonnait un tuyau d’être anormalement sonore… Confirmation : à force de frottement avec la tôle, le tuyau mal placé du compresseur (entendez le truc qui comprime l’air qui nous permet de freiner) était percé. Impossible de démarrer sans freins. Attroupement de tous les fermiers locaux, et de leurs femmes… Pendant que ces Messieurs nous le démontent, enlèvent la partie percée, et le reconnectent (par chance il restait assez de tuyau… à changer vraiment quand même), ces dames pouffaient sans raison apparente, visitaient notre maison sur roue et surtout me demandaient des pshtpsht (déodorants donc), parfums et crèmes… bon là elles ne sont pas particulièrement bien tombées mais on a fait ce qu’on a pu…

 

Cappadoce et Est de la TurquieCappadoce et Est de la Turquie
Cappadoce et Est de la Turquie
Cappadoce et Est de la TurquieCappadoce et Est de la Turquie

Nous sommes remontés par une vallée un peu moins fréquentée, celle de Mustafapasa qui offre un spectacle sur un canyon grandiose avant d’arriver dans la petite ville. Un des meilleurs restaurants de la région s’y trouve (The Old Greek House), la cuisine est encore assumée par les femmes de la famille et des émissions culinaires sont déjà venu tourner dans cet endroit. Outre le fait que c’est effectivement délicieux nous y avons découvert : un très beau bâtiment chargé d’histoire qui a aussi été le lieu de tournage d’une série très connue en Turquie (c’était le logement de la famille principale), un ami de la famille en séjour à ce moment-là, néerlandais, à la retraite, qui nous a servi de traducteur et de guide éclairé de la région, un patron charmant qui nous a invité pour le petit déj le lendemain, une maitresse de maison qui nous a offert de tourner deux machines à laver le linge (et de les étendre !) pendant qu’on allait faire nos ballades, et de l’eau de source juste en face pour remplir tous nos jerricans. Un oasis…

 

Cappadoce et Est de la TurquieCappadoce et Est de la Turquie
Cappadoce et Est de la TurquieCappadoce et Est de la Turquie

L’eau de source sert pour la vaisselle, se brosser les dents, se laver, et les « machines », mais nous sommes encore assez méfiants, sans doute à tort, donc nous la filtrons (avec un Katadyn) à l’huile de coude pour avoir notre petit bidon d’eau à boire (acheté à la sortie du monastère des derviches pour ceux qui veulent emporter de l’eau bénite).

 

Cappadoce et Est de la Turquie
Cappadoce et Est de la Turquie

Question nourriture la cuisine turque est très savoureuse, même leurs « fast-food » (durum et kebab) ont vraiment du goût. Outre le thé, la boisson de tous les jours est l’Ayran, une sorte de yaourt à boire salé que les enfants du pays adorent (les nôtres s’y sont finalement habitués). Nous n’avons pas eu l’occasion de goûter les nombreuses spécialités mais nous avons tout de même eu la chance de tester la viande qui cuit à très basse température pendant 3h dans une poterie avec un mélange d’épices avant qu’elle ne soit cassée à table. Nous avons aussi eu des expériences plus malheureuses, le pire étant probablement la soupe au cartilage…

 

Cappadoce et Est de la Turquie
Cappadoce et Est de la Turquie
Cappadoce et Est de la Turquie
Cappadoce et Est de la Turquie

Le dernier matin nous nous sommes offerts un lever à 5h du matin pour assister à un des plus beaux spectacles de la région : le départ des 80 à 100 montgolfières qui, tous les matins, avant que le vent ne se lève, se remplissent de 20 à 25 touristes par nacelle pour survoler les vallées… Grâce à une indication postée sur l’application « park4night » nous nous étions garés la veille au milieu des pistes de décollage : nous en avons pris plein les yeux, c’était absolument magnifique !

 

Cappadoce et Est de la TurquieCappadoce et Est de la Turquie
Cappadoce et Est de la TurquieCappadoce et Est de la Turquie
Cappadoce et Est de la TurquieCappadoce et Est de la Turquie

Pour se remettre de nos émotions nous avons terminé la matinée dans une piscine désuète et abandonnée des touristes… à tort : l’eau de source sort de terre à 39°C !

 

Cappadoce et Est de la Turquie
Cappadoce et Est de la Turquie

Nous nous sommes extirpés de la Cappadoce en prenant la route de Kayseri, une ville un peu plus grande aux abords de laquelle nous avons immédiatement trouvé un garage de camion « Man » capable de changer notre tuyau. Réparation faite en 20 minutes, les mécaniciens nous ont ensuite offert le thé, 2 câbles supplémentaires au cas où… et laissé repartir sans rien payer.

Nous avons continué vers Sivas, dernière ville mentionnée dans notre guide alors qu’elle se trouve au milieu de la Turquie ! Tout l’Ouest du pays est très touristique mais la moitié Est largement moins fréquentée par les étrangers, a tel point qu’il n’y a pas une seule page de consacrée à ces 390.000 km2. A Sivas se trouvent quelques beaux monuments dans le centre, notamment d’anciennes écoles coraniques avec des porches monumentaux et extrêmement travaillés qui sont de rares exemples de l’architecture seldjoukide (musulmane du moyen-âge).

 

Cappadoce et Est de la Turquie

Les deux nuits suivantes nous avons bivouaqué dans des villes de façon à résoudre quelques problèmes logistiques, dont changer l’écran d’ordinateur de Nicolas qu’un enfant avait malencontreusement piétiné (changé sans problème à Erzincan, une grande ville assez moderne). Après avoir traversé le grand plateau Anatolien dans lequel on oscille entre 1.000m et 2.000m d’altitude au travers de très beaux paysages nous nous sommes également arrêtés à Agri, voyant à l’entrée de la ville un petit garage en train de peindre un taxi en jaune. Depuis que nous sommes partis nous cherchions mollement à faire repeindre la cabine avant de façon à la « démilitariser ». Pour 180 euros c’est chose faite ! Cette pause aura surtout été l’occasion d’un accueil tout à fait exceptionnel de la part de la famille du garagiste, du marchand d’en face, du voisin qui voyait tout le monde travailler se décidant à venir passer son nez… Ne voyant jamais le moindre touriste, ceux-ci ont tour à tour sauté sur l’occasion de nous inviter chez eux. Nous sommes repartis en ayant bu des litres de thé et avec les bras chargés de cadeaux. Sans compter que, pour faire passer le temps pendant la repeinte, les femmes de la famille m’ont proposé une balade au marché local (très instructive), m’ont donné mon 1er foulard pour l’Iran et m’ont aidé à trouver les fameuses tuniques à porter dans ce pays !

 

Cappadoce et Est de la TurquieCappadoce et Est de la TurquieCappadoce et Est de la Turquie
Cappadoce et Est de la TurquieCappadoce et Est de la Turquie
Cappadoce et Est de la TurquieCappadoce et Est de la Turquie
Cappadoce et Est de la TurquieCappadoce et Est de la Turquie

D’une manière générale l’accueil et l’hospitalité turque sont tout à fait impressionnants. A prendre de l’essence à la station-service on nous offre du thé, au hammam les clients offrent des jus d’orange aux enfants, en Cappadoce des petites sculptures en pierre ponce, lorsqu’on demande le chemin on nous accompagne, on demande où acheter du pain et la personne court nous chercher le sien.

 

Cappadoce et Est de la Turquie
Cappadoce et Est de la Turquie
Cappadoce et Est de la Turquie

A plus de 5.000km de notre lieu de départ, nous sommes maintenant aux portes de l’Iran.

Cappadoce et Est de la Turquie
Cappadoce et Est de la Turquie

Publié dans Turquie

Commenter cet article

Houb 23/07/2017 23:01

5000km pour boire de l'Ayran ? Il y'en a dans toutes les boutiques à 100m de chez vous :D (c'est vraiment pas bon en tout cas)
Sinon la Turquie donne vraiment envie, j'avais entendu parler de leur hospitalité, on pourra dire que c'est chose confirmée ...

Marie VL 08/05/2017 16:18

Super!!

Lucic Vivian 08/05/2017 15:31

merci pour ce récit en épisodes, il est très chouette à lire, et on y voit comment l'humanité est belle. Ce matin, au dessin-peinture, les enfants de première s'inquiétaient de savoir où était Colomban. Lorsque je leur ai parlé de votre tour du monde, les commentaires ont fusé : "c'est pas possible!" "Il va voir le pôle nord, alors?" "Il va le faire en quatre-vingts jours?".... Les deuxièmes sont en classe de mer, mais Camille Blanc m'a confié que Colomban lui manquait énormément (pourtant ils se chamaillaient sans arrêt....). En tout cas, bonne continuation de cette grande aventure!

Jean-Marie 07/05/2017 09:09

Bonjour,
Quelles belles photos, que d'aventures et quel bel parcours! A vous lire, je rêve et vous m'embarquez dans votre voyage. Car ça oui, c'est vraiment aller là-bas, à la rencontre des personnes, rencontre de sourires à sourires, de coeur à coeur.
Je ne connais pas la Turquie, mais c'est sur, nous essayerons d'y aller le plutôt possible avec toute la famille.
Avec Pierre-Giacomo et toute la famille, nous vous souhaitons une très belle continuation.
Jean-Marie, papa de Pierre-Giacomo

Christophe 06/05/2017 21:14

Coucou à tous. Quel plaisir de vous lire. En plus c'est vraiment bien écrit et instructif. Déjà 5000 bornes. Ça passe vite. En lisant toutes ces rencontres, ces dons d'inconnus, je pense à Pékin Express. Je suppose que des aventuriers comme vous connaissent. Il y est toujours question de l'hospitalité des gens et de leurs gentillesse et ce qu'importe le pays. Je me suis parfois dit que c'était l'effet caméra. Et bien non, vous en êtes la preuve. De plus, c'est ceux qui en ont le moins qui en donnent le plus.
Que de découvertes, quel voyage qui vous laissera des souvenirs indélébiles. Quel bagage pour vos enfants.
A propos de la soupe aux cartilages, pas besoin de croûtons !

Nicolas Peschanski 06/05/2017 15:20

Salut à tous,

Quelles merveilles de vous suivre. Déjà 1 an que nous sommes revenus et nous n'avons qu'une envie en vous regardant parcourir l'Asie centrale... On part quand ?

Merci de nous faire partager vos aventures.

Sacha Pesovic 06/05/2017 10:45

Chaque fois que ma boîte mail recueille une alerte des six globe truckers, je me rue dessus afin de découvrir ce que vous avez à nous raconter.
Quel plaisir de pouvoir partager virtuellement vos aventures et quel plaisir d'entendre un discours sur la Turquie tellement loin de la couverture médiatique actuelle. Une autre réalité mais beaucoup plus enivrante.
Je me réjouis déjà de vous lire lors de votre passage en Iran!
Longue et bonne route à vous six.
Un mangeur de cevap.